Blog Unisson

L’implant cochléaire

L’implant cochléaire est un système électronique qui permet de restituer une audition à un patient adulte ou enfant atteint de surdité profonde ou totale, qu’elle soit bilatérale ou non. Plus d’un millier de personnes ont la chance d’être équipés chaque année de ce dispositif médical en France. Recouvrir un sens tel que l’audition et la perception de l’environnement a un impact absolument considérable sur leur qualité et conditions de vie, aussi bien socialement que sur le plan professionnel.

Présentation de l’implant cochléaire

A l’origine, les premiers implants dans la cochlée ont été expérimentés vers 1960. Ils ont été considérablement miniaturisés depuis les premiers modèles, mais ils sont encore aujourd’hui composés de 2 parties:

  • la partie externe : un boitier adapté, placé sur le pavillon qui ressemble à un gros appareil auditif de type contour d’oreille. Ce boitier dispose de microphones pour capter les sons environnants, d’un processeur qui traite les sons et d’un antenne qui transmet les signaux électrique à la partie interne.
  • la partie interne : une électrode est implantée dans le crâne, enroulée dans l’oreille interne, elle stimule les nerfs récepteurs qui conduisent le message sonore au cerveau et amplifie le son perçu.

Nucleus 6 Sound Processor Source Cochlear.com

Nucleus 6 Sound Processor Source Cochlear.com

Quand doit-on envisager un implant cochléaire ?

Les surdités sévères, aussi bien profondes que totales sont souvent dues à des lésions importantes ou à une absence totale de cellules ciliées dans l’oreille interne.

L’implant auditif dans la cochlée est préconisé lorsqu’un appareillage conventionnel ne suffit pas à l’amélioration de l’intelligibilité et qu’aucun bénéfice n’est constaté pour votre perte d’audition. Généralement on considère qu’un seuil de compréhension inférieur à 30% obtenu avec des appareils auditifs numériques, est une indication suffisante pour s’inscrire sur les listes d’attente d’opération.

Evidemment c’est votre médecin ORL qui vous orientera vers l’implant cochléaire en fonction d’une analyse plus générale. En centre, l’audioprothésiste vous orientera également vers cette prise de décision s’il constate que l’appareillage auditif a atteint ses limites.

En quoi consiste l’intervention ?

La mise en place d’un implant cochléaire se fait par une intervention chirurgicale aussi bien chez l’adulte que chez l’enfant. Le déroulement de l’implantation est le suivant :

  • le bilan préopératoire sous plusieurs formes : orthophonique, ORL, psychologique et psychiatrique.
  • l’opération : réalisée sous anesthésie générale, par un chirurgien spécialisé. La chirurgie dure en moyenne 2 à 3h.
  • le suivi postopératoire qui consiste au réglage de l’implant cochléaire, à vérifier le bon fonctionnement des électrodes et à effectuer une rééducation orthophoniquepour une meilleure communication.

Quel est le coût de l’implant cochléaire ?

L’implant auditif coûte en moyenne 40000 euros. Ce prix comprend l’implant lui-même, ainsi que le bilan préopératoire, l’opération et le suivi postopératoire. L’achat et l’opération sont pris en charge directement par les hôpitaux.
En complément, chaque patient porteur d’un implant bénéficie de deux forfaits de remboursement par la sécurité sociale :

  • Un forfait de 120€ par implant pour l’achat des consommables et des produits d’entretien.
  • Un forfait de 100€ par implant prenant en charge les accessoires utiles à l’entretien du processeur et les réparations hors garantie.

Quels sont les avantages ?

Les résultats obtenus une fois l’implant inséré diffèrent d’un patient à l’autre. Ils dépendent de l’âge du patient, de l’ancienneté, du type et du degré de la surdité et du niveau de langage déjà acquis.
Dans tous les cas, les patients bénéficient d’une meilleure compréhension de la parole ainsi qu’une nouvelle entente des sons ambiants.

Quels sont les inconvénients ?

Tout d’abord, l’implant nécessite une intervention coûteuse. Aussi, après la pose de l’implant, les sons perçus ne sont plus naturels. En effet, les voix peuvent paraître robotisées ou très aiguës, voire déformées, comme le relatent certains patients.
Enfin, l’opération nécessite un long suivi et un apprentissage auprès d’un orthophoniste.

Articles sur les mêmes sujets

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

'