Blog Unisson

Risques auditifs chez les jeunes : les mesures préventives à adopter

Les expositions sonores représentent une des causes majeures de déficit auditif chez les jeunes de moins de 25 ans. 10% d’entre eux présentent un trouble de l’audition. Si celles-ci sont prolongées ou répétées, elles peuvent être à l’origine de lésions graves du système auditif, qui peuvent être irréversibles et responsables de troubles définitifs. L’oreille et les cellules ciliées peuvent être endommagées bien avant que l’on ne ressente une quelconque douleur. Les risques auditifs chez les jeunes sont de plus en plus fréquents, d’où le rôle important de la prévention et des campagnes de sensibilisation, quasiment inexistantes dans les établissements scolaires comme les collèges ou les lycées.

Quels sont les différents signes qui doivent alerter ?

Certains signes doivent toujours être pris au sérieux : bourdonnements, sifflements, sensation d’oreille cotonneuse, hypersensibilité au bruit ne sont jamais anodins. Ces signaux d’alerte indiquent que les oreilles ont souffert d’une exposition sonore bien supérieure à la normale. Si ces symptômes persistent quelques heures après l’exposition ou après une nuit de sommeil, une consultation immédiate chez un professionnel comme un médecin ORL ou aux urgences hospitalières est recommandée. Vous pourrez par la suite vous rendre chez un audioprothésiste pour réaliser un test auditif afin de comprendre votre trouble. Pour vous donner une petite idée de votre niveau d’audition, essayez également notre test auditif en ligne.

Quelles en sont les conséquences ?

Les atteintes de l’audition peuvent prendre plusieurs formes :

  • Une surdité : si les effets sont temporaires, on parle de fatigue auditive. Lorsqu’ils sont définitifs, on parle alors de perte auditive.
  • Des acouphènes : ils correspondent à un bruit d’origine neurologique. Ce sont des sifflements ou bourdonnements d’oreille d’origine neurologique.
  • L’hyperacousie : elle désigne une intolérance aux bruits, même les plus banals.

La nature de l’atteinte dépend du volume sonore, de la durée et de la fréquence de l’exposition ainsi que de la nature du son (grave ou aigu/ continu ou impulsionnel).

Pour de la musique, on peut rester 8h devant un son de 80 décibels sans que cela ne provoque un traumatisme ou ne représente un danger pour l’audition. A chaque fois que vous ajoutez 3dB de puissance, il faut diviser par 2 le temps d’écoute : 83dB = 8h/2 = 4h, 86dB = 4h/2 = 2h, 89dB = 2h/2 = 1h etc. On descend à 1 minute à 104 dB (un niveau qui peut être atteint très facilement en discothèque…).

Quelles sont les mesures préventives à adopter ?

Pour profiter au mieux de la musique et prévenir toute atteinte auditive, quelques réflexes simples sont à adopter :

Pour les utilisateurs de baladeurs :

Pensez à régler le volume sonore de vos baladeurs dans un environnement calme et de vous y tenir même si vous vous retrouvez dans un environnement plus bruyant. En effet, dans le bruit, vous aurez tendance à placer le curseur du volume au maximum afin de masquer les bruits extérieurs. Utilisez les casques ou écouteurs fournis avec l’appareil, leur niveau d’intensité sonore est bridé à 100 dB. Néanmoins, limitez la durée d’écoute avec un casque ou des écouteurs.

Si votre budget le permet, investissez dans des casques à réduction active de bruit, outre la qualité sonore excellente qu’ils procurent, ils vous permettront de bien moins mettre en danger vos oreilles car ils éliminent le bruit de fond ambiant, vous laissant profiter de votre musique même avec un faible volume ! Toutes les grandes marques en proposent (Sony, Bose, Sennheiser, Beats etc.), il faut tout de même compter 250€ minimum.

Bose QuietComfort 25

Bose QuietComfort 25

En concerts et en discothèques :

Eloignez-vous des enceintes et n’oubliez pas que vos oreilles ont elles aussi besoin de se reposer ! Pensez à faire des pauses à raison de 30 minutes toutes les 2 heures ou 10 minutes toutes les 45 minutes. Les bouchons d’oreilles anti-bruit sont idéaux en club ou en concert, cependant, il est nécessaire d’être au calme pour les retirer afin de ne pas exposer brutalement vos oreilles à un volume sonore trop élevé.

Et enfin, attention aux prises d’alcool et de médicaments, elles peuvent déformer la perception auditive et atténuer la sensation de douleur.

Notez que chaque année, la Journée Nationale de l’Audition met en place des campagnes de sensibilisation et de dépistage avec des contenus pédagogiques et pratiques pour apprendre à tous les gestes simples à réaliser pour préserver son audition.

Si les sifflements, l’hypersensibilité aux sons forts ou la sensation d’oreille cotonneuse persistent après une nuit de sommeil, consultez immédiatement ! Plus vous attendrez, plus vos chances de récupérations auditives seront limitées !

Articles sur les mêmes sujets

1 commentaire

  1. jean

    12 décembre 2019 - 16 h 24 min
    Reply

    Merci pour les infos ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

'