Icône de recherche
Icône de téléphone 01 73 03 04 25 Service Client

Tout savoir sur l’audiogramme

À ce jour, il existe de nombreux tests pour évaluer les capacités auditives d’un individu et relever des éventuelles insuffisances. L’un des plus fiables est sans aucun doute l’audiogramme qui est un examen réalisé par un audioprothésiste ou un médecin ORL. En quoi consiste donc un audiogramme ? Comment se déroule l’examen et surtout comment interpréter ses résultats ? Vous aurez des réponses à toutes ces questions dans ce guide.

Vous avez un doute sur votre audition ?

Effectuez un bilan auditif complet et gratuit avec un audioprothésiste au sein de nos laboratoires.

L'audiogramme : qu'est-ce que c'est ?

L’audiogramme est essentiellement un test qui permet de déceler et signaler les déficiences auditives sur un individu. En effet, la perte de l’audition se manifeste de différentes manières, mais peut être due à un environnement excessivement bruyant, à des difficultés à entendre certains sons pourtant clairs, etc.

Si l’on sait que la perte de l’audition peut être occasionnée par un accident ou les séquelles d’une maladie, certains antécédents familiaux peuvent aussi la favoriser. Il existe aujourd’hui une multitude de tests que vous pouvez effectuer en ligne pour évaluer le niveau d’audition.

S’ils ont l’avantage d’être pratiques, leur fiabilité peut par contre être remise en cause. C’est pourquoi il faut surtout penser à réaliser un audiogramme auprès d’un spécialiste.

Un examen avec une courbe graphique

audiogrammeLe bilan auditif est à vrai dire un ensemble de plusieurs types d’examens. De plus, vous n’avez pas besoin d’avoir des problèmes auditifs avant de l’effectuer. D’ailleurs, ceux qui travaillent dans un environnement à risque le font toujours par prévention.

Au cours de l’audiogramme, l’audition de l’individu est évaluée à travers différentes fréquences. Le résultat est ensuite reporté sous la forme d’un graphique. Il s’agit d’une représentation du seuil auditif de la personne ayant passé le test. Il faut rappeler que le seuil auditif normal se situe entre 0 et 25 décibels et qu’au-delà, il peut éventuellement y avoir des complications.

A quoi sert un audiogramme ?

En réalisant un audiogramme, il est possible de déceler une éventuelle perte auditive. Dans le cas où elle se serait déjà installée, le test auditif va permettre de relever le type de déficience.

Les résultats d’un audiogramme sont importants, car ils permettent d’étudier les solutions possibles pour venir en aide au patient. Dans la plupart des cas, on optera pour une prothèse auditive. À partir du moment où vous percevez des bourdonnements ou n’arrivez plus à suivre les conversations autour de vous, vous êtes en droit de vous inquiéter pour votre santé auditive.

Si vous avez pris des médicaments dont les effets secondaires agissent sur l’audition, vous devez également vous soumettre à un audiogramme pour s’assurer que tout va bien.

Comment se déroule l'examen ?

L’examen de l’audiogramme obéit à un certain nombre de règles. Il est réalisé uniquement dans un environnement insonorisé. L’autre particularité de cet examen est que le patient ne demeure pas passif tout au long du processus. Enfin, l’audiogramme se déroule en plusieurs étapes :

Le bilan

Le bilan auditif peut être réalisé auprès de 2 spécialistes : l’audioprothésiste et le médecin ORL. Ce bilan se déroule sur environ une heure et il est constitué de 3 étapes :

  1. La première consiste en une série de questions posées par le spécialiste afin d’en savoir un peu plus sur le patient. Il en profite donc pour en savoir un peu plus sur son mode de vie, son environnement sonore, etc.
  2. Ensuite vient l’examen physique du patient. Ici, le spécialiste procède à une otoscopie à partir de laquelle il peut avoir une idée de l’état du conduit auditif de son patient.
  3. La dernière partie du bilan auditif consiste à faire des tests audiométriques. Il s’agit des tests vocal et tonal.

Le test vocal

L’audiométrie vocale est encore appelée test d’intelligibilité vocale. Ici, le patient est censé effectuer une répétition de mots ou de sons qui lui sont communiqués depuis un casque. L’objectif du test vocal est de permettre au spécialiste d’évaluer la compréhension de la parole dans 2 différents types d’environnements. Ainsi, entre un milieu calme et un milieu bruyant, l’audiométrie vocale va révéler le niveau limite d’inconfort. À noter que les mots sélectionnés lors de ce test dépendent largement de l’âge du sujet. Pour les adultes, par exemple, le médecin ORL ou l’audioprothésiste utilise la liste dissyllabique de Fournier. Les enfants, quant à eux, seront testés en fonction de la liste de Boorsma.

Pour le résultat du test, il s’affiche sous forme de courbe qui se présente comme suit :

  • En abscisse le seuil d’intelligibilité en DB (Décibels)
  • En ordonnées le pourcentage de mots entendus avec ce niveau d’intensité.

Globalement, on considère l’audition comme normale lorsque le seuil d’intelligibilité est de 100% sur une intensité de 20 décibels.

Le test tonal

L’audiométrie tonale est semblable à l’audiométrie, à une différence près. En effet, il s’agira ici plutôt de la capacité de détection des sons. Le test tonal consiste essentiellement à soumettre le patient à un son pur dont l’intensité connaîtra une évolution tout le long du test. Le but de cet examen est de déterminer le seuil auditif liminaire du patient.

Durant le test tonal, le praticien teste deux types de conduction du son :

  • La conduction par voie aérienne : elle se fait à travers l’utilisation d’un casque sur les oreilles. Le spécialiste teste ainsi la conduction du son de l’oreille interne à l’oreille externe en passant par les osselets et le tympan.
  • La conduction par voie osseuse : elle se fait à l’aide d’un vibrateur placé derrière l’oreille. Le spécialiste teste ainsi la conduction à travers les os du crâne.

Globalement, le test tonal permet de mesurer le seuil d’inconfort auditif, notamment en fonction des différentes fréquences testées. Celui-ci correspond à l’intensité en DB (décibels) à partir de laquelle le son devient désagréable. L’examen ne se limite pas là, car, une fois les résultats disponibles, il faut encore réussir à les lire et à les interpréter. Toutefois, le test tonal vise à s’assurer du bon fonctionnement des tympans et des osselets dans les oreilles.

Qui est habilité à faire un audiogramme ?

L’audiogramme est un examen qui peut être effectué par différents spécialistes de l’audition. Vous pouvez alors faire appel à un audioprothésiste pour obtenir un audiogramme. Cependant, seul un médecin ORL est habilité à fournir une ordonnance pour un appareillage auditif.

Pour effectuer un test auditif complet, l’audioprothésiste ne se limite pas seulement à un audiogramme afin de déterminer l’appareillage le plus adapté. Pour en savoir plus, nous vous invitons à découvrir la manière dont se déroule un bilan auditif dans un centre auditif dédié. Quel que soit le praticien sollicité (médecin ORL ou audioprothésiste), l’audiogramme permet de déceler les problèmes auditifs chez le patient.

Comment interpréter les résultats d'un audiogramme ?

bilan auditifLes données du bilan auditif sont recueillies sous forme de graphique. Il est le résultat des capacités du patient. Il est donc légitime de s’interroger sur l’interprétation de l’audiogramme. En effet, le résultat de l’audiogramme montre des lignes qui représentent chacune une oreille. Pour ne pas s’y perdre, la couleur affichée pour chaque oreille est différente. Ainsi, l’oreille gauche est désignée par le bleu et la droite par le rouge. Le graphique est également composé de signes et de lettres qui sont les indicateurs des sons entendus par le patient à différentes fréquences.

Comment évaluer la perte auditive chez un patient ?

La courbe permet d’évaluer le niveau de la perte auditive sur les oreilles. Une courbe très basse signifie que la perte auditive est assez sévère. Cependant, il convient de rappeler que cette perte auditive s’exprime sur plusieurs degrés.

Ainsi :

  • Entre 0 et 20 décibels, l’audition est parfaitement normale
  • Au-delà de 21 décibels, la perte d’audition est légère
  • Entre 41 et 55 dB, la perte est moyenne,
  • Et au-delà de 71 décibels, elle est sévère.

Lorsque le patient effectue les examens chez un audioprothésiste, celui-ci doit le renvoyer vers un médecin ORL à partir du moment où le problème d’audition est réel. Le spécialiste va à son tour effectuer de nouveaux tests et ce n’est qu’à la fin de ceux-ci que le médecin peut recommander des prothèses auditives.

Que faire en cas de diagnostic positif ?

Une fois la perte auditive diagnostiquée par le praticien, vous êtes invités à prendre rendez-vous chez le médecin ORL afin qu’il vous fournisse une prescription médicale vous permettant de réaliser les aides auditives. Par la suite, votre audioprothésiste chez Unisson pourra vous proposer différentes options pour le choix de votre appareil auditif. Notez que le rôle de votre audioprothésiste est de vous proposer la meilleure formule en fonction de votre profil.

Un doute sur vos capacités auditives ? N’hésitez pas à prendre rendez-vous chez un audioprothésiste ou un médecin ORL pour réaliser un bilan auditif complet. En effet, les problèmes de surdités ne sont pas faciles à accepter par le patient, car il n’en sent pas forcément les effets tout de suite. C’est souvent son entourage proche qui est le premier à lui signaler le dysfonctionnement. Régler ce problème permet alors de retrouver rapidement une vie saine et épanouie.

Comment se déroule l'examen ?

L’examen de l’audiogramme obéit à un certain nombre de règles. Il est réalisé uniquement dans un environnement insonorisé. L’autre particularité de cet examen est que le patient ne demeure pas passif tout au long du processus. Enfin, l’audiogramme se déroule en plusieurs étapes :

Le bilan

Le bilan auditif peut être réalisé auprès de 2 spécialistes : l’audioprothésiste et le médecin ORL. Ce bilan se déroule sur environ une heure et il est constitué de 3 étapes :

  1. La première consiste en une série de questions posées par le spécialiste afin d’en savoir un peu plus sur le patient. Il en profite donc pour en savoir un peu plus sur son mode de vie, son environnement sonore, etc.
  2. Ensuite vient l’examen physique du patient. Ici, le spécialiste procède à une otoscopie à partir de laquelle il peut avoir une idée de l’état du conduit auditif de son patient.
  3. La dernière partie du bilan auditif consiste à faire des tests audiométriques. Il s’agit des tests vocal et tonal.

Le test vocal

L’audiométrie vocale est encore appelée test d’intelligibilité vocale. Ici, le patient est censé effectuer une répétition de mots ou de sons qui lui sont communiqués depuis un casque. L’objectif du test vocal est de permettre au spécialiste d’évaluer la compréhension de la parole dans 2 différents types d’environnements. Ainsi, entre un milieu calme et un milieu bruyant, l’audiométrie vocale va révéler le niveau limite d’inconfort. À noter que les mots sélectionnés lors de ce test dépendent largement de l’âge du sujet. Pour les adultes, par exemple, le médecin ORL ou l’audioprothésiste utilise la liste dissyllabique de Fournier. Les enfants, quant à eux, seront testés en fonction de la liste de Boorsma.

Pour le résultat du test, il s’affiche sous forme de courbe qui se présente comme suit :

  • En abscisse le seuil d’intelligibilité en DB (Décibels)
  • En ordonnées le pourcentage de mots entendus avec ce niveau d’intensité.

Globalement, on considère l’audition comme normale lorsque le seuil d’intelligibilité est de 100% sur une intensité de 20 décibels.

Le test tonal

L’audiométrie tonale est semblable à l’audiométrie, à une différence près. En effet, il s’agira ici plutôt de la capacité de détection des sons. Le test tonal consiste essentiellement à soumettre le patient à un son pur dont l’intensité connaîtra une évolution tout le long du test. Le but de cet examen est de déterminer le seuil auditif liminaire du patient.

Durant le test tonal, le praticien teste deux types de conduction du son :

  • La conduction par voie aérienne : elle se fait à travers l’utilisation d’un casque sur les oreilles. Le spécialiste teste ainsi la conduction du son de l’oreille interne à l’oreille externe en passant par les osselets et le tympan.
  • La conduction par voie osseuse : elle se fait à l’aide d’un vibrateur placé derrière l’oreille. Le spécialiste teste ainsi la conduction à travers les os du crâne.

Globalement, le test tonal permet de mesurer le seuil d’inconfort auditif, notamment en fonction des différentes fréquences testées. Celui-ci correspond à l’intensité en DB (décibels) à partir de laquelle le son devient désagréable. L’examen ne se limite pas là, car, une fois les résultats disponibles, il faut encore réussir à les lire et à les interpréter. Toutefois, le test tonal vise à s’assurer du bon fonctionnement des tympans et des osselets dans les oreilles.

Télécharger notre guide de l'appareillage auditif

Trouver un centre Unisson